You've successfully subscribed to Valanka
Great! Next, complete checkout for full access to Valanka
Welcome back! You've successfully signed in.
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.
Reflexions / Lifestyle

BYE 2019

. lecture : 3 minutes . Écrit par Naty FEDERICI
BYE 2019

2019.

Cette année fut riche en tout point.  Tout d’abord, parce que je l’ai passée à tes côtés. En janvier, tu avais 5 mois, maintenant tu viens d’en avoir 18. Ma fille. Chaque mois tu me rendais plus fière. Tu grandissais, tu apprenais, tu changeais, tu t'épanouissais. Tu as évolué tellement vite. Tu as appris à te déplacer à quatre pattes puis à deux. C’est cette année aussi où tu m’a dit « maman » pour la première fois. Mais aussi « papa », « panda », « mamie », « papi », « tata », « tonton », « Noa », « nona », « bye bye », « voilà », « il est parti », « il est là », « là bas », « tétée », « dodo », « nan », « miaou », « patata », « wouf », « pas la », « miami », « avocat », « concombre » et « oyé » telle une vraie alsacienne. Puis on vient de fêter nos 18 mois d’allaitement. On peut donc dire que cette année m’a rendue fière.

Elle m’a aussi fait voyager : au Brésil, au Portugal, en Espagne, dans le Sud de la France. Nous avons crée des souvenirs forts et vécus des instants vrais.

Cette année a aussi été marquée par un besoin personnel. Une recherche et questionnement sur ma personne...

"Naty que veux tu faire ?"

Question que je me pose depuis bien des années et à laquelle je répondais que j’avais le "temps." Que je vivais au jour le jour. Mais étant mère à plein temps avec de nouvelles responsabilités, des obligations et une fatigue plus présente, j’ai voulu me poser et me trouver. Le temps est devenu plus que précieux. Le mien devenait plus rare. Étant consacré essentiellement à ma fille, (un choix voulu que je ne regrette pas), les sacrifices se sont installés doucement.

MON temps était écourté au quotidien. Frustrée, c’est ma moitié qui prenait. Il devenait mon épaule sur laquelle me reposer mais aussi mon sac sur lequel frapper (à prendre au sens figuré bien sûr). Je me sentais incomprise. Par lui, mais avant tout par moi- même. En effet, je n'avais toujours pas décelé  la source du problème. Certains jours je le vivais bien et d’ autres moins. Il a essayé de traduire mes faits et mes gestes, mes mots et mes maux. En vain. Ce fut une période où j’avais besoin de temps pour moi. Faire des allers retours en Alsace, retrouver mes parents et redevenir la petite fille ou l’adolescente d’autrefois. Sûrement pour fuir mon rôle de  jeune femme « adulte » que j’endossais au quotidien. Me laisser aller, ne rien faire, fuir les obligations et stopper le temps.

Puis j’ai fini par trouver. A force d’en parler et de me questionner. A force d’être soutenue et écoutée. Lui, m’avait comprise. Il m’a soulagée en m’aidant à porter ce poids qui commençait à me peser. Il m’a épaulée et accompagnée dans cette quête. Trouver cette petite chose qui me manquait. Ce moment pour moi, ce truc à moi. Ce qui comblerait la partie manquante à mon épanouissement personnel. J’ai toujours aimé écrire. J’ai toujours aussi, arrêté ce que j’entreprenais par peur d’échouer, de décevoir, ou de ne pas plaire. Un manque de confiance que j’ai commencé à effacer. C’est un long chemin et un grand travail mais certainement le plus nécessaire à entreprendre dans une vie. Alors je suis retournée à la base.

L’écriture. Tout écrire. Mais avant tout, ce qui me touche, ce qui me rend heureuse, ce qui m’attriste, ce qui m’inquiète, ce qui m’exaspère... Ce que j’ai appris, ce que j’ai désapprouvé, ce que j’ai aimé ou détesté. Mes souvenirs, mes angoisses, mes amours, mes peines, mes douleurs, mes avis. Après tout, je n’avais rien à perdre, tout à gagner. Doucement mais sûrement, mon projet prenait forme.

Cette année m’a aussi fait grandir. J’ai pris de la hauteur sur les choses en général. J’essaie de moins juger, de moins comparer, de moins stresser, de moins douter. J’ai appris à mieux communiquer, à bannir les non -dits ou savoir quand les garder sous silence, à m’en remettre davantage à Dieu et lire les signes qu’il m’envoie, à être toujours plus reconnaissante.... Puis j’ai continué à m’instruire, me relaxer, m’écouter, pleurer, me remettre en question, douter, aimer, rejeter, rire, faire rire, prier, donner, recevoir, filmer, écrire, photographier, me souvenir, en créer de nouveaux, fauter, pardonner, tomber, me relever, me faire plaisir, me restreindre, voyager, prendre des trains, des avions, surtout prendre le soleil, éviter la pluie, mais accepter le froid, faire attention à ma santé, m’informer, informer...

Cette année fut riche à tous les niveaux. Les bas comme les hauts. Alors merci 2019 de m’avoir permis de vivre, d’apprendre et d’entreprendre.

Et bienvenue à toi 2020.